Category Archive: Rubaiyat

Manoir lointain

by

Ici c’est presque nulle part,Nul ne veille sur les remparts ;J’entends un moine en la chapelleQui prie pour le pauvre Gaspard.

Fruits d’azur

by

Sur une idée de TournesolHaddock a fait sortir du solUn arbre porteur de fruits bleusQui chantent « Do, ré, mi, fa, sol ».

Escuiruel de sable

by

Plusieurs vainement accoururentPour avoir ma sombre fourrure ;Cela leur étant impossible,Dans le désespoir ils moururent.

Dragon de mai

by

— Dragon venu de Samarie,Fêtes-tu le mois de Marie ?— C’est le temps où j’offre des fleursÀ ma cousine l’otarie.

Rapace de gueules

by

Ce prédateur qui vole basPrend soin d’éviter les combatsEt pour n’avoir aucun rivalIl se condamne au célibat.

Planète Vegandra

by

Les veaux se crurent en danger,Alors ils se sont arrangésPour liquider les carnivoresQui tous furent par eux mangés;

Seigneur ermite

by

Je renonce à mon manoirAinsi qu’à mon cheval noir,Je choisis cette celluleEt son petit promenoir.

Pont vers nulle part

by

C’est un pont qui dans l’eau projetteQuiconque y met la phalangette,ll déplaît fort aux voyageursDont l’âme à la crainte est sujette.

Bouddha presque transcendant

by

Il apprend le Chapitre VingtD’un maître qui avant lui vint,C’est un texte qui semble direQue parler du savoir est vain. https://100tangpoems.wordpress.com/2019/02/22/reading-laozi-读老子-bai-juyi/ https://fr.wikisource.org/wiki/Tao_Te_King_(Stanislas_Julien)/Chapitre_20