Category Archive: Prose

Trois disciples font des glossaires

by

Cochonfucius avait trois disciples résolument individualistes, qui décidèrent de construire chacun un glossaire. Le premier produisit un ouvrage minimaliste, le deuxième un travail de mégalomane, et le dernier, un projet de perfectionniste. En… Continue reading

Le seigneur des mondes, raisonnement

by

(la suite en forme de raisonnement) Si c’est un temps qui précède à peine celui de la fermeture de la buvette, voulue par le Seigneur des Mondes, que le moine s’abstienne. Car si… Continue reading

Le seigneur des mondes (prose)

by

(la suite en prose) Alors le Seigneur des Mondes organisa le “pantodrome” (la cour de récréation) comme une petite entreprise de faible valeur culturelle et artistique. Il décréta. Chose qu’il savait faire. Il… Continue reading

Chanson de la colonie

by

18-4-1978 Vous connaissez mon quartier, ou sinon peu importe. Moi non plus, je ne sors plus guère. Je sais pourtant que ma piaule glaciale aux murs gris plâtre, aux murs sans parole, à… Continue reading

Scribes respectueux

by

Celui dont le regard filtre convenablement les inscriptions | Celui qui fragmente les octosyllabes | Ceux dont les recueils sont prévus posthumes | * Celui qui voit un catoblépas mais heureusement, le catoblépas… Continue reading

Pâturage

by

Les pâturages dans leur magnétophone sont comme les rôts dans une ecchymose, la poignée est fidèle à la méfiance.

Méditation (loin du jardin)

by

Ce n’est pas l’inspiration quotidienne, c’est l’intrusion d’un nuage nocturne. Le ciel montre-t-il une vraie douceur, et puis, le pourrait-il ? Innombrables maisons, demeures de presque néant, millions de petits objets familiers !… Continue reading

Affiches

by

Affiche de Alphonse Mucha Cette intervention parle des affiches qui ornent les murs d’un couloir sombre. Les chimères parlent aux gargouilles qui observent le silence. Le jeu et la poésie prennent le contre-pied… Continue reading

Magistère

by

Toile de Paul Fürst Les patrimoines dans leur magistère sont comme les roseaux dans une eau, la pneumonie est fidèle à la médecine.