Tag Archive: Magritte

Insonore écho

Toile de Magritte Robert nous fait sourire avec le jour nocturne, Le vol subaquatique et les pierres de bois, L’absence de longueur des branches de la croix, Les poumons pleins de vide et… Continue reading

Potence

Toile de René Magritte De la lisière immense Ou du parnasse sans fin, Que peut-on connaître ? Rien qu’un peu de leur potence, Et c’est déjà gigantesque.

Relecture

Toile de Magritte Je relis tous mes vers. Ils me viennent de toi. Ces trois ans d’illusion , ce n’est point là le pire… Mais avant ce temps-là, j’étais un triste sire N’ayant… Continue reading

Oeil

Toile de Magritte Quand tu vois mon oeil Tu sais qu’il ne te voit pas Du moins tu le penses

Pandore

Toile de Magritte Pandore, ouvrant la boîte, a déchaîné les maux. Seule, ne sortant pas, nous resta l’Espérance ; Mais nous ne savons pas expliquer sa présence Au milieu des fléaux. On nous… Continue reading

Homme de cinquante ans

Toile de Magritte On n’est pas sérieux quand on a cinquante ans, N’étant plus agité des passions de jeunesse, Ne brûlant presque plus, aimant l’amour, pourtant, N’ayant plus trop le goût de tenir des promesses. On se dit que bientôt arrivera le temps Des premiers petits chocs de déclin, de vieillesse, On dit « ne craignons rien, ce n’est pas important », On s’enfonce un peu plus en ignoble paresse. Et puis on est scotché par une voix de femme, Et sans l’avoir prévu voilà qu’on vit un drame, Et l’on se dit « pourquoi ne suis-­je déjà mort ? » Ne pouvant plus parler, contemplant le ciel vide, L’homme de cinquante ans, dont le cœur est limpide, Bestiau pour l’abattoir, se résigne à son sort.

Immortel ou fugace

Toile de Magritte Notre univers parfois nous force à l’admirer Tant il peut nous donner l’impression d’excellence Et l’illusion qu’un dieu y montre sa présence… …Que le rasoir d’Occam conduit à retirer. Je comprends que certains puissent la désirer Car ils ne sauraient quoi répondre au grand silence Dont vibre le cosmos sans nulle complaisance, Tel la nef immobile avant de chavirer. Une telle espérance, ils se la croient permise, Sur la bonté suprême ils parient leur chemise. Au moins ça peut en faire un tas de gens joyeux. Moi j’aime cette vie aucunement pérenne, Court chapelet de jours qui trop vite s’égrènent : Et j’aimerais sourire à l’instant des adieux.

Les fourmis du marronnier

Toile de Magritte Les fourmis parcourant le tronc du marronnier Suivent obstinément leur route verticale. C’est trop tôt dans l’année pour trouver des cigales, Pas trop tôt cependant pour remplir les greniers. Comme… Continue reading

Le drapeau noir

Toile de Magritte Le fils du charpentier s’est changé en corbeau A la noirceur duquel rend hommage un drapeau. C’est l’étendard de ceux qui le pouvoir conchient, Et c’est le noir fanion promettant l’anarchie. Révolte et anarchie, retenez bien ces mots, Nos armes ne seront pacifiques rameaux : La servile tribu ne peut être affranchie Qu’en secouant très fort sa structure avachie. Et vous qui espérez dans notre obéissance, Vous n’en trouverez plus, mais de la résistance : Vous ne garderez nulle illusion de pouvoir. Un jour, nul ne pourra son semblable soumettre, Un jour, nul n’aura plus ni de dieu ni de maître, C’est ce jour attendu qu’on nomme le grand soir.