Category Archive: L’amour et la souffrance

Regardant vers mon jardin

En ce mois de juillet, pour mes amies les roses, Je voudrais composer des vers et de la prose ; Mais pour elles, je crois, cela ne compte guère, Car la chose essentielle… Continue reading

Batrachomyocarde

Un coeur de batracien, c’est rare qu’il se brise ; Il n’est pas tourmenté de pénibles aveux, Il voit sans se troubler la blondeur des cheveux Que le matin joyeux fait voler dans… Continue reading

Rêverie de Piaf-Tonnerre

Piaf-Tonnerre a rêvé d’une belle sultane Qui dans sa chambre vint boire jusqu’à minuit ; De tels rêves ne font jamais beaucoup de bruit, N’ayant point la vigueur des rudes tramontanes. Était-ce Madeleine,… Continue reading

Trancheur de mondes

Il frappe sans faiblesse, aussi, sans barbarie ; Il tranche une planète et ce qui tourne autour, Et des soleils, peut-être, ensuite auront leur tour, Tant pis pour les vivants si ça les… Continue reading

De l’âme et du coeur

L’âme, autant que le coeur, sourit dans les étreintes ; Aussi, au souvenir d’une amie qui passa Et qui dans la mémoire un long sillon traça, Ou d’astres dont, peut-être, est la lumière… Continue reading

Piaf-Tonnerre et ses amours

Piaf-Tonnerre autrefois s’engagea par amour, Car en de certains jours il n’eut rien d’autre à faire ; Ces amours, bien souvent, lui devinrent contraires, Lui donnant de l’espoir et l’ôtant, tour à tour.… Continue reading

Astre et lion

C’est l’astronome-lion, ce n’est pas un loustic ; Sur de subtils calculs, je le vois qui se penche, Puis il scrute la lune et sa lumière blanche, Qui sur sa destinée lui donne… Continue reading

Portecoq

Portecoq est seigneur des deux rives de Seine, Il a, pour le servir, mille petits bergers Qui doux trouvent leur sort et légères leurs chaînes, Ayant un si bon maître, ils n’en veulent… Continue reading

Majestueux, mais virtuel

Il est royal, mais régner il n’a pu, Car il fut tôt soumis par une Dame ; Seul, cet amour survécut en son âme Et c’est douceur, dont son cœur fut repu. Plus… Continue reading