Tag Archive: Giorgio de Chirico

Barthélemy de l’Atlantique

Toile de Giorgio de Chirico Le puisatier construit une maison dans l’île Qui est la lettre « A » ; puis survient Vendredi, Qui de la construction les angles arrondit. La maison s’agrandit,… Continue reading

Minuit chez vous

Toile de Giorgio de Chirico La lune au ciel fait la grimace À tous les voyageurs qui passent : Car elle préfère les nuits Où sur un désert elle luit. Le grillon sommeille en la cendre En rêvant à… Continue reading

Louis Ménard voit une lyre

Toile de Giorgio de Chirico Jadis, dans mon grenier, j’ai trouvé une lyre Capable d’émouvoir et de faire sourire Tous ceux qui entendront ses accents caressants ; C’est par cet instrument que mon… Continue reading

Robert voit une salière

Toile de Giorgio de Chirico Vous qui nous proposez des chemins lumineux, Voyez : il ne s’agit que de blanches ténèbres, De quoi mettre en retard plus d’un convoi funèbre. Un navire est… Continue reading

Transmutation

Toile de Giorgio de Chirico L’écriture accomplit une cuisson mystique : La matière des mots acquiert un nouveau ton. Chaque phrase devient un vers énigmatique, Chaque route un nouveau parcours de marathon. Il… Continue reading

Si Dieu n’existe pas, semble-t-il, c’est pareil

Toile de Giorgio de Chirico Si Dieu n’existe pas, semble-t-il, c’est pareil. Charles Darwin, jadis, ouvrit la controverse ; Dans les fiers arguments qu’un forum y déverse, Existe-t-il de quoi nous tenir en éveil ?… Continue reading

Le ciel

Toile de Giorgio de Chirico Parce qu’il a parlé au meurtrier d’Abel, On croit que le ciel parle. Incertaine est la chose. Sur des récits anciens nos convictions reposent, Sans réponse, souvent, sont… Continue reading

Le troubadour

Toile de Giorgio De Chirico Je suis loin de valoir mes aïeux troubadours, Ma langue est trop bavarde et fait trop de détours. Je ne sais au lecteur faire voir une dame Ni faire partager une mordante flamme. Un visage entrevu le soir à contre-­jour, Silhouette apparue avec ou sans atours, Mais surtout le sourire et la voix d’une femme… Or je n’avais le droit de saisir aucune âme. Et ce commandement : distance préserver, Fait que pas un seul mot ne fut dit face à face, Malgré cent mille mots transmis et archivés. Mais ce fut sur la toile, un virtuel espace. Devons-­nous te maudire ou te bénir, époque Qui permets l’éclosion de ces amours baroques…

Troisième art poétique

Toile de Giorgio de Chirico Heureux qui peut reprendre une oeuvre très ancienne Et lui faire porter un contenu nouveau, Cherchant à faire mieux que ses nombreux rivaux Ou bien laisser chanter la voix qui est la sienne… La forme nous inspire et les contenus viennent (Et c’est surtout par eux que le poème vaut). On peut passer des nuits à ces plaisants travaux Qui nous font découvrir à quoi nos pensées tiennent. Un coup de nostalgie, la sagesse d’une huître, Le bonheur sans argent, l’escargot sur la vitre… Innombrables pour nous foisonnent les motifs. Le sujet est présent, prenons garde à la forme, Mais cela ne va pas être un effort énorme : Quand le plaisir l’excite, un esprit est actif.