Dans la nuit de sable

mrsplm.png

Image de l’auteur

Marsupilami, nuit sans lune,
Les parfums du jour sont restés ;
Aussi, la douceur de l’été,
Puis, le firmament, sans lacune.

Quelques insectes, sur les dunes,
Vont explorant des cavités ;
Le Marsu, plein de gravité,
Croque leurs carapaces brunes.

Coléoptère aux reflets d’or,
Ton prédateur jamais ne dort :
S’il dort, c’est une sieste brève.

— Marsupilami, dis quel vin
Accompagna ce repas fin !
— Je suis sobre, et ne bois qu’en rêve.

Advertisements