Isard bizarre

Bareges

Composition de Cochonfucius

Voici l’isard bizarre, il faut s’en abriter,
Car il a vite fait de franchir la clairière ;
On le trouve souvent dans une humeur guerrière,
Et son goût des combats ne l’a jamais quitté.

Voici ses commensaux, monstres de qualité.
Chacun d’eux est muni de vertus singulières ;
Plusieurs furent bénis par Saint Paul et Saint Pierre,
Monstres d’or et d’argent, nobles célébrités.

Après quelques instants, leur bruit se fait lointain,
Vers le fond du décor, leur image s’éteint,
Et plus rien ne paraît de leur foule attroupée.

L’isard est de retour, c’est sûr, le jour suivant ;
Mieux que ça, certains soirs, il chante dans le vent
Du Leconte de Lisle, et du François Coppée.

Advertisements