En mémoire d’Antonin Artaud

iartaud001p1

Écrire est obéir, mais pour se rendre libre.
C’est délivrer aussi les monstres enfermés.
C’est trancher, méditer, définir et nommer ;
C’est faire que ça vibre.

Puis, c’est interpréter la révolte cosmique,
Le feu contre les eaux, la colère des airs,
Un sphinx, un charpentier au mitan du désert,
Un Panthéon sismique.

Puis enfin, c’est Robert apportant une rose,
La salle et le comptoir, le jardin et la croix,
Piaf-Tonnerre effeuillant la vigne dans le froid,
Oui, c’est toutes ces choses.