Trollville

vil-d-tro.png

image de l’auteur

Ici vivent des trolls blêmes ;
Leur moral est toujours bas.
Ils s’en vont à petits pas,
Comme pour se fuir eux-mêmes.

C’est de mépris pour leur chef
Que s’anime leur poitrine,
C’est en amateurs de ruines
Qu’ils consument leurs jours brefs.

Dès qu’ils sont hors de ma vue,
Le jour, à nouveau, me plaît,
Et la ville, et la forêt,
Et les sylphes, dans les nues.


Chanson du Comité National de la Recherche Scientifique (1984)

Lorsque les technocrates
Tant fiers et tant polis
De nos écrits débattent,
Ils font « C’est du joli… »

Qu’ils restent dans leurs antres,
Assez nous ont bectés !
Allons-nous dans leurs centres
Pour les y inspecter ?

Mais, pourquoi ce discours ?
Ils sont gueulards, mais sourds.

Advertisements