Bélier-licorne

belier-licorne

Composition de Cochonfucius

C’est le bélier-licorne, un animal moqueur !
De ses deux frêles voix, il chante avec délice
Le spleen du charpentier noyé dans son calice ;
Nulle pitié ne règne au fond de ses deux coeurs.

Il a pour seul copain le grand soleil vainqueur
Qu’il aime accompagner dans les cieux d’azur lisse ;
Ces jours-là, le bonheur au fond de lui se glisse
Comme au fond de son ventre une forte liqueur.

Quand la faim le tenaille, il dévore des roses,
Disant : l’horticulture est une belle chose,
On ne peut pas toujours brouter les fleurs des champs.

À l’heure de la sieste, il ne fait pas mystère
D’allonger son grand corps auprès d’une bergère ;
L’animal, pour le coup, n’a plus rien de méchant.

Advertisements