Un clair-obscur

1666413_LE_TRIBUNAL640

Toile de Patrick Basset

Dans un monde envahi d’obscure transparence,
Que peut­-on discerner sous ces sombres éclats ?
Ici n’est point le lieu d’une remise à plat,
Ni d’un essai savant sur l’être et l’apparence.

Or, certains jours, ma vie n’est qu’une déshérence,
Mon métier me paraît un piètre apostolat,
Et mes chefs ont un peu l’aspect de cancrelats
(Si j’ose formuler pareille irrévérence).

N’importe, il faut agir, les autorités veillent,
Puis, il faut accueillir les projets qui s’éveillent
Aux mains des ingénieurs surchargés de talent.

Que ne suis-­je un errant chanteur de villanelles,
Ou bien, pour composer des oeuvres plus formelles,
En une cour royale, un poète galant !


Dans une villanelle, on peut y voir un prisme

Selon le contenu d’un nouvel aphorisme
Qui nous est ci-dessus offert et proposé:
« Dans une villanelle, on peut y voir un prisme ».

Ce serait dépasser le simple amateurisme
Que trouver quels rayons seraient décomposés
Selon le contenu du nouvel aphorisme.

Mais s’approcherait-on d’un fier ésotérisme
Par cette affirmation (difficile à gloser):
Dans une villanelle, on peut y voir un prisme…

Que cela ne soit pas un obstacle au lyrisme,
En tout état de cause, on peut le supposer ;
Selon le contenu du nouvel aphorisme,
Dans une villanelle, on peut y voir un prisme.


Villanelle d’après Patrick Gillespie

https://poemshape.wordpress.com/2010/02/20/%E2%9D%A7-another-god-damn-villanelle/

Chaque fois que la cloche appelait les fidèles,
Don ou malédiction, persécution (je crois),
Elle nous pondait une horreur de villanelle.

C’était ainsi depuis l’école maternelle,
Y introduisant tous les clichés à la fois,
Chaque fois que la cloche appelait les fidèles.

Aimant se confesser, française jouvencelle,
Sitôt qu’elle voyait le loup au coin du bois,
Elle nous pondait une horreur de villanelle.

Toutes les vérités à dire ne sont belles,
Mais elle les disait, en toute bonne foi,
Chaque fois que la cloche appelait les fidèles.

Quand le prêtre disait, de façon bien formelle,
De partir en faisant le signe de la croix,
Elle nous pondait une horreur de villanelle.

Pierre en enfer l’envoie pour sa vie éternelle,
Mais le diable cria “Que fait-elle chez moi?”
Chaque fois que la cloche appelait les fidèles,
Elle nous pondait une horreur de villanelle.

Advertisements