Tour de la muse

une-tour

image de l’auteur

Voici la tour de la muse indolente ;
Ici, jadis, elle rêva d’amour.
Elle s’y tient en modestes atours,
Fraîche est la tour dans la plaine brûlante.

Un long foulard de sinople l’évente,
C’est son seul luxe en cet humble séjour ;
La poésie, la nuit comme le jour,
La fait sourire, et la rend plus vivante.

De s’en passer, bien des hommes se vantent.
Pour moi, je sais que ce fut mon recours
Quand mon malheur n’avait d’autre secours ;
C’est notre espoir, aux heures éprouvantes.

Advertisements