Nef d’or

Composition de Cochonfucius

null

C’est la nef d’or, portant un prêtre de l’Empire,
Sur l’océan d’argent s’avançant jour et nuit,
Rencontrant le bonheur, rencontrant les ennuis,
Parée à recevoir le meilleur et le pire.

Volent de beaux poissons dans le vent qui soupire,
Plane un lion magicien qui dans la brume fuit ;
La corne d’abondance offre ses bons produits,
Prodiguant son miracle à tout ce qui respire.

La nef n’a pas de mât, mais un clocher bien droit,
Son équilibre vient des vertus de la foi
Et d’un constant recours à la métaphysique ;

Elle va, sur les flots, suivant sa propre loi.
— Quelle destination, prêtre de bon aloi ?
— Je l’improvise au vol, comme on fait, en musique.

Advertisements