Chambre du fils du charpentier

vierge-a-l-enfant

Toile de Giovanni Salvi

Fils du charpentier, dans les bras
De ta mère dont le coeur bat,
Assumant l’humaine faiblesse,
Tu t’endors avec allégresse.

Tu n’es pas fils d’un potentat,
Modeste sera ton état,
Mais de ta mère la noblesse
Vaut bien celle d’une princesse.

Ton esprit ne s’afflige pas,
Tu fais bientôt tes premiers pas
Et tu grandis pour la sagesse
Que tu as prise pour maîtresse.

Charpentier, quand tu grandiras,
Vers le supplice tu iras,
Te souvenant de ta jeunesse
Au pouvoir d’une enchanteresse.

Advertisements