L’histoire des trois puisatiers

ThreeStoogesDrunk

Extrait de “The three Stooges”

Nous étions trois vieux puisatiers,
Tels des chameaux fiers et altiers,
Dans un troquet près de Noyon,
Buvant du whisky sans glaçons,
Nous n’avions pas de quoi payer.

Nous étions trois vieux pessimistes,
Toujours suivant les mêmes pistes,
Tels des chameaux dévastateurs,
Faisant fonction de prédateurs
Envers d’infortunés trappistes.

Comme elle est glauque,
L’histoire des puisatiers,
Presque aussi glauque
Que leur triste métier.

Le premier de ces puisatiers,
Ne pouvait bander qu’à moitié,
Toujours songeant à des chapelles,
Sa plainte était différentielle,
Il n’espérait plus la pitié.

Le deuxième de ces puisatiers
Parlait comme un conférencier,
Et son intellect plein de rides,
Envahi par des formes vides,
Etait salement vitrifié.

Comme elle est blême,
L’histoire des puisatiers,
Presque aussi blême
Que leur triste métier.

Le dernier de ces puisatiers,
C’était moi, vous vous en doutiez,
Cochonfucius de mon prénom,
Alors, pour faire une chanson,
J’écris ces mots mal versifiés.

Ma chanson, je veux la dédier
Aux puisatiers du monde entier,
Tout ce qu’ils font est bien utile,
Et quand ils s’en vont boire en ville,
Pas toujours n’ont de quoi payer.

Comme elle est sombre,
L’histoire des puisatiers,
Presque aussi sombre
Que leur triste métier.