Tag Archive: Temps

Verhaeren voit une taverne

by

Une taverne à Paris Vieux comptoir de Cluny, comptoir juste assez long Où la bière-pression déverse sa pléthore, Où le Côtes-du-Rhône est servi par ballons Tandis que les buveurs ont des phrases sonores ! Sur un… Continue reading

Sans rechercher le temps perdu

by

Toile de Svetoslav Stoyanov Le temps jamais ne parle, et n’a point de visage. Il nous défait, sans même entreprendre un combat ; Comme dans la tourmente un vieil arbre s’abat, Laissant indifférent l’agreste… Continue reading

Derniers instants

by

Photographie d’Henri Belhaire Le soleil, sur sa fin, ne peut qu’être fugace, Sa lumière pâlit, rougit et s’obscurcit. Sous le ciel qui déjà se rapproche et noircit, Il écoute, rêveur, le bruit du… Continue reading

Un arbre dans la plaine

by

Peinture chinoise Disciples, ne soyez pris dans les apparences : Ne distinguez pas trop le bon du mauvais sort, Et sachez que le faible use toujours le fort. N’ayez peur du bâton, n’exigez… Continue reading

Une vision locale

by

Toile de John Sloan Mes yeux ne savent voir plus loin que l’horizon. Mon labeur quotidien, mes simples habitudes, Tout en moi, comme aux temps lointains de solitude, Par coutume est réglé, plutôt… Continue reading

L’âge du fils du charpentier

by

Toile de Dina Soker Une année serait-elle un tour de l’engrenage Ou un fragment de tour infinitésimal ? Mais pourquoi porte-t-elle un repère ordinal ? Quel sens peut-on donner à un tel encodage ? Le fils… Continue reading

Nul corps pouvant bouger n’est une cathédrale

by

Peinture Tangkha Tu ne vois de ta vie la période initiale ; Si tu l’apercevais, confus serait le trait Qui, provenant d’un point, aurait été extrait D’un brouillard qu’agitaient les forces primordiales. Tu… Continue reading

Une soirée parisienne

by

Art conceptuel Berdnaut Smilde On s’est pris l’apéro, bien contents de se voir, Parlant de poésie et de vie quotidienne. Puis on s’est déplacés, avant que la nuit vienne, Traversant le jardin du… Continue reading

Homme de cent mille ans

by

Représentation d’un des nephilim On n’est pas sérieux quand on a cent mille ans. Un Néanderthalien sans quartiers de noblesse Dans un glacier alpin a dormi tout ce temps, Grâce au réchauffement, il sort, il se redresse Et vient déambuler par les bois et les champs. Aux passants qu’il rencontre, il demande sans cesse S’il reste de son groupe un peu de survivants. Quand on lui dit que non, il n’est pas en détresse : « Mon peuple a disparu, mais ce n’est pas un drame ; Je vais chez les nouveaux me choisir une dame Avec qui ce sera à la vie, à la mort. » Jetant son dévolu sur quelqu’un de timide, Le Néanderthalien ne fera pas d’hybrides : Un juge Cro-­Magnon a tranché sur son sort.