Tag Archive: Shan Shui

Les rois

by

Peinture traditionnelle chinoise Le roi jaune a voulu obtenir la richesse, Je lui dis qu’il est bon pour un roi d’être nu. Le roi mauve a rêvé d’une histoire de cul, Je lui dis qu’il se doit d’agir avec noblesse. Le roi orange veut s’enfoncer dans l’ivresse, Je l’avertis du sort de ceux qui ont trop bu. Le roi rose inventa des gadgets de son cru, Je dis que là n’est point la divine sagesse. Le roi rouge veut être un puissant souverain, Je lui dis : « Ne sois pas ce monstre que l’on craint, Nous préférons les rois qui sont ce que nous sommes ».… Continue reading

un dimanche auprès d’une église

by

Peinture chinoise === 张辛稼 Le printemps nous invite à des amours nouvelles Je n’ai jamais voulu t’installer en prison Ni construire une histoire ignorant la raison Hélas sur tes portraits comme je te vois belle Sous mon toit dans trois jours reviendra l’hirondelle Pour elle ce sera le temps de couvaison J’entendrai ses enfants égayer ma maison À toi j’aurais voulu pouvoir être fidèle Mais au bas d’une église on s’est dit au revoir Puisque notre aventure est vraiment sans espoir Nous entendions la cloche annoncer un baptême S’il est permis d’écrire un aveu laborieux S’il est permis d’écrire ici ce mot sérieux Princesse, je t’aimais, je t’aimerai, je t’aime

la joie et la tristesse

by

Peinture traditionnelle chinoise Le poète se lève, il se sent fier et fort, Il trouve au paysage une fraîcheur nouvelle. Des anges çà et là le saluent de leurs ailes, Qui donc sur cette terre irait lui porter tort ? Mais d’autres jours n’ont pas ce goût de réconfort ; Lui fait alors défaut la force ascensionnelle, L’écriture devient recherche obsessionnelle, L’inspiration faiblit, et se couche, et s’endort. Jour de joyeux éveil ou bien jour de souffrance, Parfois je perçois bien d’où vient la différence, Parfois je dis, pensif : « Ce n’est rien de précis ». Que la journée soit bonne ou qu’elle soit mauvaise, Survient la douce nuit qui les passions apaise, Et la lune en mon cœur n’éclaire aucun souci.

les sept dragons

by

Art traditionnel chinois Le dragon vert me fit désirer la croissance, Le dragon rouge a mis du feu dans mon esprit ; Le dragon jaune aidant, de l’honneur je m’épris, Le dragon bleu me fit préserver l’innocence. Le dragon rose offrit à mon coeur l’espérance, Et la mélancolie me vint du dragon gris. Ce que le dragon noir en dernier lieu m’apprit, C’est que la mort est là pour notre délivrance. D’un écrivain chinois qui fut vaillant et sage Me viennent ces dragons au vertueux langage, Chassant de l’univers la discorde et l’ennui. Et c’est cette vision d’un compagnon poète Qui m’a réconcilié avec notre planète Et avec le retour du jour et de la nuit.

Hommage au maître Angelus Silesius

by

Peinture traditionnelle chinoise La rose est sans pourquoi, dit la métaphysique ; Sa raison pour fleurir est en sa floraison, Comme une oeuvre, un sonnet, un air, une chanson. C’est ainsi qu’une vie… Continue reading

La liberté

by

Peinture traditionnelle chinoise Je ne leur ferai plus la guerre Qu’ils crèvent de leur ambition Marchands de soupe et de galère Et marchands de révolution Mieux vaut la sagesse précaire D’un ermite en méditation Mieux vaut dormir mieux vaut se taire Qu’entrer dans leurs machinations Si je meurs dans les ans qui viennent Que de ma vie je me souvienne Sans tristesse ni sans fierté Je n’ai acquis nulle richesse Ni accompli nulle prouesse Mais j’ai gardé ma liberté

Le blog de Neige

by

Peinture traditionnelle chinoise Je lis tes mots écrits dans la Chine lointaine,Racontant tes plaisirs, ton travail, tes ennuis.Je t’écris dans le jour, tu me lis dans la nuit.La parution suivante est toujours incertaine. Ces notes de chevet qui sont là par centaines,Ce sérieux témoignage où l’humour s’introduit,Le récit d’une vie, l’émotion qu’il produit,Dans un français plus clair que l’eau d’une fontaine… Cette eau ne coule plus, depuis pas mal de jours ;L’arbre le mieux fleuri ne fleurit pas toujours,Tu dois passer ton temps à des choses sérieuses. C’était juste un merci, au nom de tes lecteurs,Tes compagnons de plume et tes admirateurs :Jamais ne fut plus belle une contrée neigeuse.

Un filigrane

by

Shan Shui de Yong Liang Yang Est-il un filigrane, ô Toile, pour tes pages ? Le silence en est un, ai-­je lu aujourd’hui, Silence où le regret en douceur s’introduit Comme un bruit de cascade au profond des ombrages. Le temps, heure après heure, a tissé un voilage Pour occulter l’éclat dont mes jours et mes nuits Furent illuminés. Ce charme qui s’enfuit Laissera-­t-il en moi un signe de passage ? Les cicatrices qui sur notre corps perdurent, Marquent le souvenir des anciennes blessures ; A force de les voir, on ne les perçoit plus. L’écrit le plus charmant n’est pas toujours lisible, L’essentiel a pour lot de rester invisible. Un filigrane est là, personne ne l’a lu.

Inconnaissable

by

Peinture chinoise C’est une fleur et non, ça ne peut en être une, C’est un léger brouillard et ce n’en est pas un. Ça vient sur la minuit, c’est parti le matin, De telle chose, au monde, il n’en existe aucune. Le reflet de ses yeux renvoyé par la lune, La chaleur de son corps imprégnant les embruns ; Un poète chinois la découvrit soudain Après quinze godets d’un fort alcool de prune. Il chante un empereur et son noble veuvage, Sa muse le transforme en un barde sauvage ; Il compare les dieux à de grands animaux. Il parcourt Lao-­Tseu mais, ce faisant, il pense Que si les grands parleurs le sont par ignorance, Pourquoi le maître a-­t-­il tracé cinq mille mots ?