Tag Archive: Paul Eluard

Quelques taureaux

by

Composition de Cochonfucius Le taureau blanc disait en ouvrant la fenêtre : — Pas besoin d’anorak, puisqu’il va faire beau. Son frère ne dit rien, lui, plus noir qu’un corbeau. Le taureau vert… Continue reading

Anciennes paroles

by

Composition de Cochonfucius Le justicier guidant la création troisième (Il remplaçait son père à ce poste suprême) Combattit un millier de nocturnes seigneurs. Son frère, son rival qu’un droit d’aînesse honore, Il le… Continue reading

L’imagination de l’eau

by

L’eau presque transparente a des fantasmes bleus ; Sirènes, cachalots, mots gelés, îles-lettres, Monstres qu’elle imagine et fait surgir à l’être, Y compris, certains jours, des vaisseaux fabuleux. L’eau presque insignifiante a des… Continue reading

Village francilien

by

Paisibles rues d’un village de plaine, Passer le temps ici n’est pas trop dur. Une banlieue, certes, mais pas vilaine, Surtout les jours où règne un ciel d’azur. Tôt le matin, les places… Continue reading

Bois flottant

by

Toile de Laurent Veyretout Je me laisse porter comme du bois qui danse Dans les eaux d’un torrent, vivement descendant, Heurté de toutes parts et calme, cependant : Presque pas de pensée, juste… Continue reading

Le coeur et le papier

by

Le coeur boit son sang tout le jour ; Il le boit, ensuite il le pleure. Buvant et pleurant tour à tour, C’est ainsi qu’il passe les heures. Le papier goûte l’encre noire… Continue reading

Matin de mai

by

Toile de Cochonfucius d’après Dalí I Paul est jeunot quand il s’éveille, Il est vieux quand il s’ensommeille ; Il entre le soir au caveau, Il en sort jeune, au jour nouveau. II… Continue reading

Encore un dimanche

by

Il pose un sonnet sur la table ; Pour lire, à peine assez de jour Franchit les rideaux de velours. Le grand fauteuil est confortable. Il se redonne un coup de peigne (C’est… Continue reading

Méditation (loin du jardin)

by

Ce n’est pas l’inspiration quotidienne, c’est l’intrusion d’un nuage nocturne. Le ciel montre-t-il une vraie douceur, et puis, le pourrait-il ? Innombrables maisons, demeures de presque néant, millions de petits objets familiers !… Continue reading