Tag Archive: Fils du Charpentier

In Memoriam Nazareni

Toile de Van Gogh Le fils du charpentier est le dieu des poètes. Il a vécu sa vie comme un songe étonnant Dans lequel il était Créateur et prophète, Père, Fils et Esprit sur le monde tonnant. Jean­-Baptiste, qui fut un fier anachorète, Vit en lui un Seigneur, et, un jour lui donnant Un peu d’eau sur son front lors d’une grande fête, Reçut la confession qu’il fit en fredonnant. Cloué par les soldats sur le bois de justice, Il dit de retenir la date du solstice Pour marquer sa naissance et le règne du Bien. Tous ses mots recueillis par ses mille disciples Font un livre qui dit la gloire du dieu triple ; Ce livre est excellent, mais ce n’est pas le mien. Advertisements

Noël

Toile de Frederico Fiori Barocci La céleste harmonie va bientôt résonner, Les anges vont jouer leur divine musique Et le choeur des bergers se mettre à fredonner Les émouvants versets d’un très ancien… Continue reading

un prophète

Toile de Martel Chapman Je suis la voix qui crie à travers le désert, J’appelle les nations à se tenir en garde. Le fils du charpentier va devenir un barde Et va vous submerger d’aphorismes divers. Il ira promettant un monde sans hiver, Royaume pour les purs, tout en bois sans échardes. Si de ce beau royaume, hélas, la venue tarde, Il bénira quiconque y croit dur comme fer. Ne l’écoutez pas trop, car ce n’est qu’un poète, En voulant faire l’ange, il fait souvent la bête. Il ignore la science et le juste milieu. Imitez-­moi plutôt, j’écoute la nature Qui chaque jour redit aux humbles créatures : N’ayez point de prophète, il n’existe aucun Dieu.

Un hommage à la maternité

Toile de Dali Ils disent que Marie s’est envolée au ciel, Ils n’ont pas bien saisi sa condition de mère. Son fils a dit « Le grain doit mourir, dans la terre, Pour accomplir du fruit le sort providentiel ». Abeille qui produis le beau rayon de miel, C’est lui que nous mangeons, non ton corps éphémère. Marie ayant vécu, comme femme ordinaire, A disparu aussi, sur le plan matériel. Poètes nous serons, nourris de son sourire Qui nous apprend à voir le meilleur et le pire Dans ce monde soumis à d’arbitraires lois. Le fils du charpentier est le dieu des poètes, Et maintes qualités qu’aujourd’hui on lui prête, Notre Dame, Marie, c’est à toi qu’il les doit.

La croix

Dessin de Dali Il fit sa propre croix le fils du charpentier Lui qui était fait pour citer les écritures Parcourir les chemins guérir les créatures Mais de son propre corps il n’a pas eu pitié Il en eut pour longtemps sur ce sacré chantier Le bois des oliviers est une essence dure Il ne savait à qui adresser la facture Au père et à l’esprit peut-­être par moitiés Construisant le moyen d’entrer dans le néant Et aussi d’édifier même les mécréants Par sa résignation et sa douceur parfaites Pour faire de l’esclave un homme moins craintif Pour réparer le tort du vieil Adam fautif Il accepta la mort qu’annonçaient les prophètes

Les plans

Toile de Dali Il fallait mettre en croix le fils du charpentier Pour que fût accompli le mot des écritures Pilate a donc jugé la pauvre créature Non sans lui prodiguer une vaine pitié Cependant de la croix l’inachevé chantier Trop inutilement offensait la nature Car même s’il avait encaissé sa facture L’artisan avait fait son dû moins qu’à moitié Seul était là un trou profond sombre béant Bien fait pour recevoir un pylône géant Mais vide défiant les foules stupéfaites Pilate interrogea les esclaves craintifs « De l’inachèvement qui donc est le fautif ? » « Maître, on attend les plans fournis par les prophètes »

Marie­-Madeleine

Toile de Max Ernst C’est Marie-­Madeleine, une humble pécheresse, Qui sut apprivoiser le fils du charpentier. Il ne l’eut pour servante et n’en fit sa moitié, Mais marcher auprès d’elle était une allégresse. Les apôtres bientôt la nommèrent prêtresse… Or cette troupe-­là marchait sur les sentiers Pour parler à chacun d’amour et d’amitié, Guérir les maladies, soulager la détresse. Le fils du charpentier comprend qu’il doit mourir. A Madeleine il dit d’éviter de courir Aucun risque inutile. Elle dit : Tu ordonnes Ton propre sacrifice et ton immolation, Nous laissant dans la crainte et la désolation… Du fond de mon chagrin, Seigneur, je te pardonne.