Tag Archive: Amour

Que vienne cet automne

by

Toile de Marie Pierre Que vienne cet automne, et que nos amours mortes Dans le fond de nos coeurs deviennent souvenirs. Les jours seront plus courts, et moins forts nos désirs, Et sur… Continue reading

Elizabeth Barrett Browning

by

Toile de Steven Pierson Quand ton âme et la mienne, au maintien fier et fort, Se confrontent sans bruit, si peu d’espace entre elles Qu’une flamme s’allume aux courbes de leurs ailes, Qui… Continue reading

Le prince

by

Toile de Edmund Blair Leighton Quand le serpent a cru à l’amour de la rose, Il a, envers le prince, usé de son pouvoir, Endormant cet enfant qui au désert repose Et que… Continue reading

Un apprivoisement

by

Toile de Marianne  Stokes Quand le prince a choisi de quitter sa planète, Il a dit à la fleur « Je pars avec amour ». Il ne pouvait savoir quand serait son retour,… Continue reading

La fidélité

by

Toile de Riza-yi `Abbasi Presque tous, nous savons comment dire « Je t’aime », Ce n’est pas laborieux, ce n’est pas compliqué ; Il faut, pour que ce mot puisse nous impliquer, Le… Continue reading

Mes mots dans tes mots

by

Toile de William Adolphe Bouguereau Plus que toi, plus que moi, notre amour voudrait vivre. Si nous lui refusons nos textes et nos voix, Il parle à nos deux coeurs lorsque nul ne… Continue reading

Merci pour ton sourire

by

Toile de Jose Roosevelt Pas de plus fort poison dans l’univers, J’en avais fait cependant mon breuvage. J’étais au point d’y perdre mon langage ; J’allais cherchant mes mots tout un hiver Et… Continue reading

Une nuit de juillet

by

Toile de Edvard Munch Partager l’insomnie, partager un sourire, Même si ce n’est pas bien longtemps ni souvent, C’est comme naviguer, poussés d’un même vent, Trouver d’un même coeur le meilleur et le… Continue reading

Homme de cinquante ans

by

Toile de Magritte On n’est pas sérieux quand on a cinquante ans, N’étant plus agité des passions de jeunesse, Ne brûlant presque plus, aimant l’amour, pourtant, N’ayant plus trop le goût de tenir des promesses. On se dit que bientôt arrivera le temps Des premiers petits chocs de déclin, de vieillesse, On dit « ne craignons rien, ce n’est pas important », On s’enfonce un peu plus en ignoble paresse. Et puis on est scotché par une voix de femme, Et sans l’avoir prévu voilà qu’on vit un drame, Et l’on se dit « pourquoi ne suis-­je déjà mort ? » Ne pouvant plus parler, contemplant le ciel vide, L’homme de cinquante ans, dont le cœur est limpide, Bestiau pour l’abattoir, se résigne à son sort.