Pandore

Toile de Magritte Pandore, ouvrant la boîte, a déchaîné les maux. Seule, ne sortant pas, nous resta l’Espérance ; Mais nous ne savons pas expliquer sa présence Au milieu des fléaux. On nous… Continue reading

Charles Best

Toile Edvard Munch Pâle reine des nuits où règne le silence, Tu fais de l’océan sourdre un flot colossal, Lui qui, aussi longtemps que dure ta présence, De ses plus hautes eaux se… Continue reading

Le noircissement des pages

Calligraphie chinoise — Pages qu’ici et là j’ai voulu mettre en ligne, Qu’apportez-vous au monde ? Oh, rien de très nouveau, Nous ne présentons pas de superbes travaux, Nous sommes d’attention distraite, à peine dignes. Mais… Continue reading

Une hibernation

Toile de Maolin Zhang Or, certains jours sont beaux, au milieu de l’hiver, Déjà, chacun d’entre eux est plus long que la veille ; D’un petit souffle tiède, un chacun s’émerveille Et fait… Continue reading

Une soirée parisienne

Art conceptuel Berdnaut Smilde On s’est pris l’apéro, bien contents de se voir, Parlant de poésie et de vie quotidienne. Puis on s’est déplacés, avant que la nuit vienne, Traversant le jardin du… Continue reading

Homme de huit mille ans

Toile de Gauguin On n’est pas sérieux quand on a huit mille ans. Adam a vu passer les sages de la Grèce, L’empire des Romains, les peuples combattants, Les enfants de Caïn qui… Continue reading

Homme de deux mille ans

Toile de Ivan Kramskoi On n’est pas sérieux quand on a deux mille ans, Le fils du charpentier, dont la mère est princesse Des royaumes humains, les a fêtés, pourtant. Le pape en… Continue reading

Homme de cinquante ans

Toile de Magritte On n’est pas sérieux quand on a cinquante ans, N’étant plus agité des passions de jeunesse, Ne brûlant presque plus, aimant l’amour, pourtant, N’ayant plus trop le goût de tenir des promesses. On se dit que bientôt arrivera le temps Des premiers petits chocs de déclin, de vieillesse, On dit « ne craignons rien, ce n’est pas important », On s’enfonce un peu plus en ignoble paresse. Et puis on est scotché par une voix de femme, Et sans l’avoir prévu voilà qu’on vit un drame, Et l’on se dit « pourquoi ne suis-­je déjà mort ? » Ne pouvant plus parler, contemplant le ciel vide, L’homme de cinquante ans, dont le cœur est limpide, Bestiau pour l’abattoir, se résigne à son sort.

Homme de cent mille ans

Représentation d’un des nephilim On n’est pas sérieux quand on a cent mille ans. Un Néanderthalien sans quartiers de noblesse Dans un glacier alpin a dormi tout ce temps, Grâce au réchauffement, il sort, il se redresse Et vient déambuler par les bois et les champs. Aux passants qu’il rencontre, il demande sans cesse S’il reste de son groupe un peu de survivants. Quand on lui dit que non, il n’est pas en détresse : « Mon peuple a disparu, mais ce n’est pas un drame ; Je vais chez les nouveaux me choisir une dame Avec qui ce sera à la vie, à la mort. » Jetant son dévolu sur quelqu’un de timide, Le Néanderthalien ne fera pas d’hybrides : Un juge Cro-­Magnon a tranché sur son sort.