Une soutenance

Image de Elmore – Texte de JBB La candidate a pris un long temps de parole, Les membres du jury ont posé leurs questions ; Ils ont mis en avant leur grande érudition,… Continue reading

Newton et Langevin

Pochette d’album Pink Floyd Jumeaux de Langevin, par votre éloignement, Le temps d’un seul des deux s’altère et se dilate, A son retour il eut, la chose nous épate, Par rapport à son… Continue reading

Sonnet des profondeurs

Gravure de Edouard Riou Jules Verne a montré qu’on pouvait visiter Les sombres profondeurs de la planète Terre. Il en a dévoilé plus d’un obscur mystère Qu’il était le premier à pouvoir nous… Continue reading

les treize penseurs

Photographie de Jacques-André Boiffard Jules Renard me dit : « Tu mets les mots en cage, De ton oisiveté veux-tu gloire tirer ? » Caton : « Tu dois découdre, et non point déchirer… Continue reading

Une fourmi

Peinture de Dai Jin Jour et nuit sur la terre au même instant existent. Vie et mort en mon âme ont droit de s’exprimer ; Si je ne parviens pas à les faire… Continue reading

Une pieuse retraite

Gravure Edward Von Grutzner Je traîne la savate aux environs d’Albi ; Au bord de mon chemin je vois un monastère. Trois moines en latin chantent les vieux mystères, Besoin d’un quatrième, ils… Continue reading

Un autoportrait de 2010

Photographie de JBB par Melvyn Bonnafé Je suis un banlieusard de cinquante-six ans, De Seine-Saint-Denis je vais jusqu’en Essonne Rejoindre mon bureau dans lequel je m’adonne A deux ou trois projets, rien de bien reluisant.… Continue reading

Un calendrier farfelu

Calendrier Kiowa Je suis né un matin de Sainte-Blanchisseuse, J’ai reçu le baptême à la Saint-Compotier, Puis passé mon brevet au jour de Saint-Potier, Le bac trois ans plus tard pour la Sainte-Tisseuse.… Continue reading

Le troubadour

Toile de Giorgio De Chirico Je suis loin de valoir mes aïeux troubadours, Ma langue est trop bavarde et fait trop de détours. Je ne sais au lecteur faire voir une dame Ni faire partager une mordante flamme. Un visage entrevu le soir à contre-­jour, Silhouette apparue avec ou sans atours, Mais surtout le sourire et la voix d’une femme… Or je n’avais le droit de saisir aucune âme. Et ce commandement : distance préserver, Fait que pas un seul mot ne fut dit face à face, Malgré cent mille mots transmis et archivés. Mais ce fut sur la toile, un virtuel espace. Devons-­nous te maudire ou te bénir, époque Qui permets l’éclosion de ces amours baroques…