Category Archive: La salle et le comptoir

Les rois

by

Peinture traditionnelle chinoise Le roi jaune a voulu obtenir la richesse, Je lui dis qu’il est bon pour un roi d’être nu. Le roi mauve a rêvé d’une histoire de cul, Je lui dis qu’il se doit d’agir avec noblesse. Le roi orange veut s’enfoncer dans l’ivresse, Je l’avertis du sort de ceux qui ont trop bu. Le roi rose inventa des gadgets de son cru, Je dis que là n’est point la divine sagesse. Le roi rouge veut être un puissant souverain, Je lui dis : « Ne sois pas ce monstre que l’on craint, Nous préférons les rois qui sont ce que nous sommes ».… Continue reading

les douze animaux

by

Peinture Yang Shanshen Le rat me garantit qu’il rongera la cage Où je suis prisonnier ; le boeuf veut bien tirer La charrue dans mon champ, le tigre déchirer Pour mon profit la peau d’un ruminant sauvage. Le lièvre me rapporte une fleur du bocage, Le dragon, des trésors qu’on ne peut qu’admirer. Le serpent vient danser afin de m’inspirer, Le cheval me conduit dans un bel attelage. Le mouton me procure un vêtement de laine, Le singe a dégotté une bouteille pleine, Le coq fait retentir son clairon dans le soir ; Le chien pose sur moi son doux regard fidèle, Le cochon me fait rire en draguant l’hirondelle, Puis les douze animaux s’en vont à l’abattoir.

Les trois aéronautes

by

Photographie anonyme Le pissenlit d’avril offrit trois parachutes, Faisant, sous le soleil, voler trois acariens. Le premier atteignit les sables sahariens, Et, dans une oasis, devint joueur de flûte. Le deuxième acarien, que l’effort ne rebute, Fit des acrobaties dans le ciel sibérien. On l’a félicité, il a dit : « Ce n’est rien, Un puissant tourbillon m’a pris dans ses volutes ». Le dernier acarien a parcouru deux mètres Et s’est trouvé piégé au bord de ma fenêtre, Pris par une araignée avec du fil collant. Ce troisième larron fit le plus fier poème, Disant : « Sur mon tombeau, n’offrez nul chrysanthème ; Je reste, pour toujours, un acarien volant ».

Une légende

by

Toile de Max Ernst Le lièvre, un beau matin, s’unit à la girafe. La presse a commenté ce cas particulier. Le serpent et la taupe à l’église ont prié, Et l’on a convoqué les meilleurs photographes. L’ibis et le crotale offrent une carafe Pleine de bon vin rouge au prix de cent deniers Que généreusement avance un usurier ; Le cochon, un voyage à bord d’un bathyscaphe. La reine fit cadeau d’une partie du monde, Le hibou d’une chambre en la forêt profonde, Moi, poète, d’un chant que dit la voix du loup. La girafe et le lièvre à la sortie du temple Ont repris ce doux chant et leurs voix furent amples. Cependant ma chanson ne valait pas un clou.

Quatre thèmes

by

Quadriptyque  Miranda Mehrer Le jardin et la croix, la plume et l’encrier, La salle et le comptoir, les grands auteurs de France : De ces quatre propos mon vers tire substance, Dans ces quatre sections, mes sonnets sont triés. Le jardin est celui qui vit Adam prier, La plume au fil des jours me conduit en errance, La salle est au conteur dans son exubérance, Les auteurs vont cherchant les mots appropriés. Tu dis que j’ai produit quelques vers déchirants Que l’on doit regrouper en un lieu différent, D’amour que refroidit le regard de Saturne ; Il est vrai que jadis ma plume a pu nourrir Cette étrange passion qui naquit pour mourir :… Continue reading

Les fous

by

Gravure Bruegel l’Ancien Le fou jaune me parle, et veut que je lui dise Comment valoriser ses quelques inventions. Je lui dis de passer par leur divulgation, Mais il semble douter d’une telle analyse. Le fou mauve survient et veut que je précise Comment éliminer fantasmes et pulsions. Je lui dis de surtout relâcher la pression, Puisque « Tout va très bien, Madame la Marquise ». Au fou orange, un mot sur son métabolisme, Au fou rose un avis concernant les sophismes, Frappés, dans les deux cas, de la note « Zéro ». Concernant le fou rouge, il a un vrai problème, Alors, je lui dédie ce modeste poème ; Peut­-être vais-­je aussi lui offrir l’apéro.

Le dieu­-corbeau et le démon-­renard

by

Gravure de Arthur Rackham Le fils du charpentier, sur sa croix accroché, Tenait entre ses dents le salut de ce monde. Le prince Lucifer, par le sang alléché, Vint voir cette souffrance à nulle autre seconde. Le crucifié trembla en voyant s’approcher Le dragon ricanant aux manières immondes, Qui lui dit : « Mon cousin, Dieu est­-il si fâché Que vous mouriez ici et que l’orage gronde ? » Oubliant qu’il fallait surtout serrer les dents, Le crucifié lui parle, et, de ce fait, perdant Les âmes dont il fut pour un temps le refuge, Les laisse dévorer par Maître Lucifer, Qui, le ventre bien plein, s’en retourne aux enfers, Souriant de lui­-même, et de son subterfuge.

Un buveur raisonnable

by

Détournement d’image pieuse Le fils du charpentier, qui n’avait pas d’argent, Veut aller boire un soir, et s’en revient sur terre. Le patron de l’auberge, un homme un peu austère, Lui dit « Nul ne boira chez moi gratuitement ». En entendant cela, un buveur allemand Au fils du charpentier offre un verre de bière. Le Seigneur, ayant dit une courte prière, Lui guérit son arthrose, un mal très déformant. Un vieil Anglais survient, et offre encore un coup ; Et pour récompenser ce geste de bon goût, Le fils du charpentier guérit sa lombalgie. D’un gars français il eut un grand verre de vin, Mais une guérison, il proposa en vain… Continue reading

La révélation

by

Toile anonyme Le fils du charpentier ne vécut que deux plombes, Au berceau son cousin Jeannot le sacrifia. Ce ne fut donc pas lui qu’ensuite on crucifia, Mais c’est Magdalena, qui fut mise à la tombe. Alors le saint-­esprit a débarqué en trombe ; Il brûla le grand Temple, ensuite il pacifia Tout l’Empire Romain et il le fortifia, Puis alla se planquer au fond des catacombes. Si vous ne croyez pas ce que je viens de dire, Vous en avez le droit, et vous pouvez écrire Sur ce fameux forum votre propre vision. Moi, c’est le créateur qui m’a dit cette histoire, Et il m’a supplié de bien vouloir la croire, Le créateur parfois a de ces illusions !