Category Archive: La salle et le comptoir

Les transfuges

by

Toile de John-Ludwig Krimmel N’ayons pour ce forum de passion exclusive Sur la toile il en est d’encore plus marrants Et si un déserteur ne rejoint pas nos rangs C’est qu’il a d’autres… Continue reading

Quelques recommandations

by

Photographie de Doisneau N’ayez pas de souliers dont la semelle est lisse : Sur la neige et la glace, on constate qu’ils glissent. Surveillez la façon, surtout, dont vous marchez En sortant le… Continue reading

Une comptine

by

Fiona Sansom Mon pouce a décidé que j’irais en voyage, Comptant sur mon index pour montrer le chemin. Le majeur était seul pour porter les bagages ; L’annulaire lisait le guide Michelin. Quant à l’auriculaire, à la paresse enclin, Il se laissait porter dans ce vagabondage Ainsi que les cinq doigts que j’ai sur l’autre main. J’étais, on peut le dire, en léger équipage. La route est rectiligne et baignée de fraîcheur, D’immenses horizons attirent le marcheur Qui sait aller au loin sans que rien ne le presse. Un petit animal, soudain, vint à passer, Un chat qui demandait à être caressé : Ici, premier arrêt, un moment de tendresse.

Le primate humain

by

Toile de Max Ernst Moi, le primate humain, le seigneur de ce monde, J’ai droit à votre estime, à votre admiration Et j’irai jusqu’à dire, à votre soumission. A genoux, animaux de la terre et de l’onde. Je vous ai tous conquis, les nobles, les immondes, Je vous ai conféré à chacun sa mission : Aux uns d’assouvir mes carnivores passions, Aux autres d’accepter gentiment qu’on les tonde. J’ai déboisé les sols pour d’utiles cultures, J’ai bien amélioré la brouillonne nature. Certains soirs il me vient comme un doute, pourtant. Je respire un air qui me fait mal à la tête, Le printemps ne met plus mon pauvre coeur en fête. J’ai un peu tout détruit, ah, c’est bien embêtant.

Paon-Théon

by

Gravure de Albrecht Dürer Marchant jusqu’au palais qui a sept ouvertures, J’ai demandé au roi de placer des gardiens, Auprès de chaque porte, et qu’ils regardent bien Ce qui entre et qui sort, en fait de créatures. Voici donc ces bestiaux, tous, selon leur nature : L’éléphant, le dragon, le loup, les acariens, Le coq, le paon, le porc et quelques amphibiens, Tels sont les animaux qui par là s’aventurent. Puis, le paon et le coq, on les métamorphose En aigles des sommets ; le loup, en autre chose Qui mieux sache écouter la voix de la raison. Le porc et l’éléphant, sous leur forme nouvelle, Deviendront vos chevaux. Mettez-­leur une selle, Et vous chevaucherez vers les quatre horizons.

Un trésor

by

Toile de Manet Lorsqu’un sage transporte un morceau de diamant, Il le tient enfermé dans une toile grise. Muni de son trésor, il traverse à sa guise La ville et le désert, sous… Continue reading

La vie est une tartine

by

Case de Tyson Cole Lorsque j’étais marmot, j’aimais la confiture ; J’aimais la quantité plus que la qualité, Je pensais que c’était très bon pour ma santé. Puis-je me pardonner cette désinvolture ? Or,… Continue reading

Cinq ornithorynques

by

Peinture sur soie L’ornithorynque jaune a dit : « Pas de complaintes, La poésie c’est pour proclamer le bonheur ». J’ai répondu : « Si tu peux faire le donneur De leçons, ta… Continue reading

Le seigneur Picrochole

by

Toile de Bruegel l’Ancien Le seigneur Picrochole a donné pour consigne Que l’on fasse la guerre au seigneur Grandgousier. Il a mobilisé treize mille obusiers, Cette imposante armée en bon ordre s’aligne. C’est… Continue reading