Bélier du Seigneur Azazel

ram

Les prêtres m’ont offert au démon solitaire,
Ils disent qu’ils l’ont fait pour agir saintement ;
Je risque de subir de mauvais traitements,
Lesquels, précisément ? cela reste un mystère.

Ils n’osent affronter ce cruel adversaire,
N’ayant aucune armée, ni même un régiment ;
Ils suivent donc leur Loi, l’étrange document
Qu’en cadeau de départ ils me dédicacèrent.

Oh ! J’aimerais m’enfuir à bord d’un grand vaisseau,
Et peu m’importeraient des vagues les assauts ;
Je voudrais m’éloigner du diable sanguinaire.

Victime de sa rage et de sa cruauté,
De mes brebis je vais regretter la beauté,
Elles par qui mes jours parfois s’illuminèrent…