Ermite sentencieux

man

Mon rêve de grandeur, une bulle crevée,
Je n’ai plus de désir, je n’ai plus d’idéal ;
Je vais bientôt cesser d’être un scribe féal,
Ma retraite sera de silence abreuvée.

Peu m’importe à présent d’habiter dans un trou,
C’est tout ce qui convient à ma modeste bourse ;
Solitaire je suis, comme l’enfant d’une ourse
Ou comme, sous la lune, un sombre loup-garou.

Étais-je plus heureux quand je taillais la route ?
Quand je bravais la pluie, passant entre les gouttes ?
Je n’ai jamais été du côté des vainqueurs.

Ici, que du banal et rien de fantastique.
Un refuge discret, cellule monastique,
Le vide en mon cerveau, le sourire en mon coeur.