Moulin démesuré

mill

Ce grand moulin se prend pour une cathédrale,
Il se voudrait aussi défenseur de la foi ;
Mais j’y entends, la nuit, des chansons sépulcrales
Capables d’effrayer les défunts d’autrefois.

Le meunier dit des vers d’une voix magistrale,
Ainsi que des dictons en langue des Gaulois ;
Ça fait fuir les démons jusqu’à la voûte astrale
Dont inutilement ils contestent les lois.

Jusqu’au petit matin j’écoute leurs insultes,
Mais je n’y comprends rien, c’est un langage occulte,
J’en viens à préférer leurs ignobles chansons.

Quand vient le grand soleil, ils ferment leurs paupières,
Ils restent sans bouger sous le vieux Pont de Pierre ;
Avec moi le meunier partage une boisson.