Métamorphose inattendue

dog-jug

Ce noble chien marchait, tranquille, dans les bois,
Mais un lutin farceur en un pichet le change;
Puis, content de son tour, sur un meuble il le range,
Et le repeint en bleu, je ne sais pas pourquoi.

C’est un lutin pervers, des embrouilles le roi,
Il se complaît toujours dans des farces étranges ;
Lui qui n’a nullement la vocation d’être ange,
Je serais désolé si ça tombait sur moi.

Tous ces mauvais penchants, qui sait où il les puise ?
Il nous déplaît, vraiment, et puis il nous épuise,
Je maudis sa personne ainsi que ses pareils.

Je ne sais pas son nom, ni ceux de ses ancêtres,
Comment il fut instruit, sous quel horrible maître,
Lutin de male encontre et de mauvais conseil.