Bouc ermite

goat

Il se tient solitaire, en une paix profonde,
Méditant vaguement dans la clarté du jour ;
Et parfois même il songe à d’anciennes amours,
Du temps qu’il savourait les plaisirs de ce monde.

Sa mémoire fidèle en souvenirs abonde
Et ne fait que le suivre au chemin sans retour ;
Ainsi que le guetteur sur la plus haute tour,
Il scrute l’univers, il écoute à la ronde.

Jadis, il fréquentait une chèvre admirable
Qui voulut lui donner des enfants adorables ;
Puis il s’éloigna d’elle, on ne sait pas pourquoi.

L’anachorète-bouc n’est pas un triste sire,
Aristote et Platon s’accordent pour le dire ;
Car ils l’ont bien connu, ces penseurs d’autrefois.