Reflets d’inframonde

antichapelle

Plus d’un démon fut ange, en sa prime jeunesse ;
Et ce fut une vie d’espérance et d’amour ;
Que leur en reste-t-il ? trop lointains sont ces jours,
Ils n’en savent plus rien, ces maîtres de tristesse.

Les enfers sont peuplés de ces corps en détresse
Qui pensent que le mal dominera toujours ;
Leur âme se morfond et leur coeur reste sourd,
Ne leur en parle point, la vérité les blesse.

L’antichapelle est là, dans la fosse profonde,
Où l’on entend chanter les prêtres d’inframonde,
De leur Pater Noster se souvenant parfois.

Or, ces anges perdus n’ont jamais eu de mère :
Un Salve Regina ne serait pas sincère
Si l’un d’entre eux voulait le dire à pleine voix.