Vieil ambiloup

ambiloup

L’ambiloup décrépit ne fait aucun voyage,
Il prend des infusions pour débloquer ses reins ;
Il rêve à des trésors, à des monstres marins,
À des fiefs inconnus, à de lointains baillages.

Jadis, en maint endroit il laissa son sillage,
Même à Mittelbergheim, village du Bas-Rhin ;
Mais de rester chez lui le voilà tout serein,
Près d’une librairie qu’il peut mettre au pillage.

Il a depuis longtemps dépassé soixante ans,
Il peut même employer des mots de l’ancien temps,
C’est avec naturel, ce n’est pas pour la frime.

La dernière saison de l’âge, c’est l’hiver :
Un temps pour s’amuser avec deux ou trois rimes,
Évoquer le passé, narrer sa vie en vers.

Advertisements