Chevalier démuni

chevalier

Oui, je suis démuni, mais la nature est belle ;
J’ai pu manger des fruits bien mûrs, le mois dernier,
Je suis l’ami du lièvre, aussi du sanglier,
Et j’aime contempler les fraîches damoiselles.

Et sans cheval, je mène une vie naturelle,
Je ne me plonge pas dans les travaux guerriers
Car mon corps ne veut plus se charger du collier
Offert à tout baron qui en bataille excelle.

Mon âme sans souci ne craint pas les effets
De ces temps sans labeur où l’homme rien ne fait,
Je suis un passant terne, et un modeste sire.

De cette austérité je m’honore toujours,
Et je pardonne aux gens tout ce qu’ils vont en dire :
De rime et de loisir sont mes seules amours.