Trancheur de mondes

aycu

Il frappe sans faiblesse, aussi, sans barbarie ;
Il tranche une planète et ce qui tourne autour,
Et des soleils, peut-être, ensuite auront leur tour,
Tant pis pour les vivants si ça les contrarie.

Sa force avec le temps ne sera pas tarie ;
Car il semble, plutôt, qu’elle croît jour par jour.
Des bardes ont maudit le lieu de son séjour
Et ses goûts destructeurs, qui jamais ne varient.

On prétend que jadis l’ange fut amoureux,
Mais qu’il fut abusé par des mots doucereux
Dont Cupidon parfois à tort se recommande.

Or, il a maintenant son épée à la main
Et se conduit toujours en vengeur inhumain ;
Quand s’apaisera-t-il ? Chacun se le demande.

Advertisements