Étoile de sinople

star

De cet astre étonnant les planètes s’enfuirent ,
Sauf la troisième, où vit le rhapsode Porcus
Avec son souverain, le roi Diplodocus ;
Ces deux gaillards, dit-on, sont de vieux durs à cuire.

Ils n’ont presque jamais d’affaires à conduire :
Ils retournent la terre, ils plantent des crocus,
Ils regardent tomber les feuilles d’un ficus,
Ils parlent à l’ondine afin de la séduire.

Le dieu de cette étoile est un monstre poilu
Qui déchaîne souvent son esprit farfelu ;
Quelques sorts malveillants vers la planète roulent.

Quand même, on l’aime bien, ce grand astre qui luit,
La planète en effet ne serait rien sans lui,
Ni son noble jardin où quatre fleuves coulent.

Advertisements