Un oiseau d’Héraldie

ayan

Un oiseau d’Héraldie allait chercher fortune ;
Son bec, me semble-t-il, fut moins dur que l’acier,
Il n’avait pas non plus un coeur de justicier,
Ni des heures de vol pour affronter Neptune.

Mais sa vertu était toute belle et toute une,
N’ayant rien à cirer des aspects financiers,
Sans crainte du démon, sans crainte des sorciers,
Sans redouter non plus la vieillesse importune.

Il ne jalouse pas ceux de la basse-cour,
Car comment envier la volaille qui court ?
Il est sobre, c’est vrai, mais il n’est pas austère.

Il ne craint pas la mort, il vit dans le présent,
Il est accommodant sans être complaisant ;
Fréquenter cet oiseau, c’est chose salutaire.

Advertisements