Grue d’orage

image de l’auteur

Nuages qui sourient quand je passe près d’eux,
À les mener au loin une brise est active ;
Je plane dans l’orage, humble grue attentive,
J’aime glisser ainsi dans ce ciel hasardeux.

Moins de temps qu’il n’en faut pour compter jusqu’à deux,
Et l’éclair a produit cette lumière vive
Par quoi, quand il survient, les cieux nocturnes vivent,
Même si le fracas les rend cauchemardeux.

L’eau peut mouiller mes pieds, je n’ai pas de souliers,
Je resterai posée en haut d’un peuplier
Pour observer l’averse inondant les bleuets.

Oiseaux, répondez-moi, l’orage est une fête ;
Il ne fait rien qui puisse effrayer les fauvettes,
Même si plus d’un astre en est rendu muet.

Advertisements