Coq sylvestre

image de l’auteur

Le coq sylvestre avance en un discret sentier,
S’il est pris de fringale, il ronge des écorces,
Les saveurs du printemps lui donnent de la force,
Et s’il lance son cri, ce n’est pas à moitié.

Car ce coq vagabond, ce courageux routier
A déjà traversé la Sardaigne et la Corse,
Il peut en être fier, il peut bomber le torse,
Il remplit bien son rôle, il connaît son métier.

Regarde son oeil noir où brille une étincelle !
Pareille flamme peut enflammer une oiselle,
Faire naître en son cœur un langoureux frisson ;

Surtout quand elle entend cet appel formidable :
Au plus profond des bois résonne la chanson
Du seigneur coq errant, vainqueur de tous les diables.

Advertisements