Taureau solitaire

taur

image de l’auteur

Dans le temps où, du blé, ne reste que la paille,
L’homme ayant pris le grain dont il est amateur,
Ce taureau marche seul, loin des fermiers flatteurs,
Une étable de bois ne lui dit rien qui vaille.

On ne le prendra pas pour un boeuf qui travaille,
Car il sait cultiver des loisirs enchanteurs :
Contempler l’univers qui change avec lenteur,
Ou le barde des champs qui doctement rimaille.

La saison est clémente et les oiseaux sont là,
Aucun souffle de vent, c’est un vrai calme plat,
Cet animal perdu n’accomplit nul service.

Qu’importe que le monde ait l’air d’être sans loi,
Sans rime ni raison, sans église et sans croix,
Le taureau vit d’un rien, pauvreté n’est pas vice.

Advertisements