Ours-Piaf de gueules

image de l’auteur

L’ours-piaf de nos régions se dresse ici, sans trêve ;
Il ne peut s’envoler, en serait-il navré ?
Son coeur n’est pas amer, ni son oeil enfiévré,
Son esprit ténébreux est prisonnier d’un rêve.

Installé sur son mur, il a, je le relève,
Un visage apaisé, nullement éploré,
Bien loin des cauchemars qui rendent effaré,
Bien loin des ennemis qui brandissent leur glaive.

En son oeil, la lueur qui jamais ne s’éteint ;
Composant des sonnets au soleil du matin,
Pas d’ailes dans son dos, et pourtant c’est un ange.

Il peut vivre sa vie loin du monde moqueur,
Sans nous communiquer les secrets de son coeur,
L’ornithoplantigrade, un animal étrange.

Advertisements