Ambivalve

pcm_ceci_est_mon_coeur_picasso

Dessin de Picasso

Ambivalve éclairant un temple du sommeil
Qui s’est perdu au fond d’une forêt magique,
Portes-tu un poème en slavon liturgique ?
Faut-il pour te comprendre avoir atteint l’éveil ?

Une ambivalve unique est un maigre corpus ;
N’es-tu qu’un palindrome à mille autres semblable
Ou le trésor précieux, l’objet incomparable
Que ne trouva jamais le savant Cosinus ?

Qu’importe que tu sois une expression tragique
Ou bien un trait d’humour froid et sophistiqué ;
Ce qui me plaît en toi, je vais te l’expliquer,
C’est (tu l’avais compris) ta perfection graphique

Advertisements