La planète des singes de gueules

15965212_1723434991015900_3666143581236708416_n.png

image de l’auteur

J’ai deux lunes pour sentinelles,
Astres par des chats habités ;
Des singes la danse éternelle
Agite mon immensité.

Singes toujours passant les bornes,
Pour s’évader dans l’infini ;
Leur entretien n’est jamais morne,
Ils rient sous le soleil jauni.

Moi, je suis leur planète nue,
Leur désert de sable et d’azur ;
Mon atmosphère est bien ténue,
Mais elle est composée d’air pur.