Veau lumineux

veau-lumineux

image de l’auteur

C’est le veau lumineux qu’on baptise au ruisseau,
Lui qui, pourtant, jamais ne fut catéchumène ;
Mais soulagera-t-il notre misère humaine ?
On ne peut même pas en manger un cuisseau.

Bien modeste est ce flot, c’est presque un caniveau ;
Mais d’un riche éleveur il parcourt le domaine,
Qui, pour narguer la loi catholique et romaine,
Se fabrique une idole, et divinise un veau.

Tu l’avais annoncé, prophète Jérémie,
Dans un texte sans faille et sans polysémie ;
Et qu’un tel veau serait d’un notable embonpoint.

Mais l’animal s’enfuit par la rue Lacordaire,
Éclairant le trottoir autant qu’un lampadaire ;
Lumineux, c’est certain, mais sédentaire, point.

Advertisements