Nef des rois mages

r-mg

image de l’auteur

L’étoile sur la mer nullement ne serpente,
Car un céleste objet n’est jamais agité ;
De lune et de soleil surpassant la clarté,
Elle franchit les lieux dont la vie est absente.

La surface de l’eau ne forme nulle sente,
Mais du cap, cependant, il ne faut s’écarter,
Que le mage attentif se garde de quitter ;
La brise est régulière, on la croirait contente.

C’est leur astronomie qui les a secourus
Au long de ce trajet par eux trois parcouru,
Avec l’or, et l’encens, et la myrrhe très fine.

Si le voyage est long, il est sans nul ennui,
Les rois sont à la fête, au moins pour aujourd’hui,
Assurés d’aborder à l’étable divine.

Advertisements