Ambidindon

abdd

image de l’auteur

Ambidindon, tais-toi, je dors !
L’aurore à peine rosit-elle
Que tu vas déployant tes ailes,
Et tu n’as pas une voix d’or.

Va donc plutôt voir ma cousine,
Va donc amuser ses enfants ;
Sonne-leur de ton olifant,
Va te nourrir dans leur cuisine.

Prends donc le large, ambidindon,
Va parler à ton ambidinde ;
Et moi, ma porte, je la blinde,
Va retrouver l’iguanodon.