Nef des avettes

n-d-av

image de l’auteur

Des avettes de mer le bourdonnant rideau
Qui assombrit le ciel, semble annoncer la pluie ;
Je ne sais vers quel port ces butineuses fuient,
Mais leur nef hardiment s’avance sur les eaux.

Je ne sais quelle carte occupe leur cerveau,
Sur quel curieux atlas leur démarche s’appuie ;
Le vol de l’éclaireuse, une calligraphie
Aérienne, est pour moi signe de renouveau.

Que de sagesse dans vos petites personnes !
Vous produisez chez vous le miel de chaque jour ;
Les fardeaux emportés ne vous semblent pas lourds.

Ah, si je comprenais votre jargon qui sonne
Pour un denier adieu à la mer qui s’endort,
Mon coeur de vieux rimeur en deviendrait plus fort.