Voir venir la suite

n-d-bd.png

image de l’auteur

Encore un an qui va finir,
Le barde songe à l’avenir.

Il y songe, mais sans alarme,
Sans trembler, sans verser de larmes.

Même, il s’égare, par instants,
On ne sait pas combien de temps.

Puisque la vie n’est pas amère,
Rêvons à de belles chimères.

Elles sont plaisantes à voir,
Plus que nos austères devoirs.

Elles sont douces à entendre,
Ayant une voix grave et tendre,

Au lieu de pourchasser l’amour,
Buvons, dans le calme des jours,

La bière fraîchement brassée,
Servie froide, mais pas glacée.