L’anneau du lion

an-d-ln.png

image de l’auteur

Ténébreux lion servi par trois chevaliers tristes,
Regrettant à loisir ses premières amours ;
Il fut un amant fou, amant aveugle et sourd,
La Fontaine l’a dit, les lions sont égoïstes.

Il n’a jamais voulu d’un anneau d’améthyste,
Mais d’une bague d’or, car ce métal est lourd ;
L’artisan dut le faire en un délai bien court,
Quand un lion veut cela, nul besoin qu’il insiste.

Ainsi, ce bel anneau, qui jamais ne ternit,
De la douceur passée rappelle un peu les charmes ;
L’amour lui donne une âme et le regret, des larmes.

Car le cercle est symbole, aussi, de l’infini,
Et, quand vous entendrez qu’un lion jamais ne tremble,
Vous pourrez objecter : «Quelquefois, il me semble».