Ambijumart de sable

abj-d-sb.png

image de l’auteur

Nous l’avons vu passer, souvent ;
Il est déroutant, je l’avoue,
Mais le plumage de ses joues
Est doux sous la main des enfants.

Il frissonne quand on le touche,
Cet ambijumart d’âge mûr ;
Il a l’oeil clair et le coeur pur,
Jamais un gros mot à la bouche.

Ses noirs regards lui survivront
Quand sa saison sera finie ;
À l’heure de son agonie,
Nous caresserons ses deux fronts.