Nef de l’Ambibouddha

nf-d-abbd.png

image de l’auteur

Laissant derrière lui l’humanité martyre,
Le grand Ambibouddha, dont limpide est le coeur,
Lui qui apprivoisa des Tigres l’empereur,
Avec ses animaux loin du port se retire.

Contre lui, d’Aquilon, rien ne peuvent les ires,
Son esprit pacifique en est toujours vainqueur;
Zeus lui verse un nectar, savoureuse liqueur,
Lui ne bouge pas plus que sa statue de cire.

Baleine et cachalot, sirène et lamantin,
Les animaux marins veulent que son destin
Soit heureux pour longtemps, car ça leur porte chance.

C’est le noble seigneur, le maître de pitié,
L’éternel Océan l’a pris en amitié,
Lui qui nous a promis l’avenir sans souffrance.