Cour du dragon

cr-d-dr.png

image de l’auteur

Pour le seigneur dragon, nous aimons labourer ;
Pour son garde-manger, les plus beaux fruits on laisse,
Car il est plus joli lorsque bien il engraisse,
Cet ermite-empereur, du monde retiré.

Nous lui portons les fleurs qu’il aime respirer ;
Pour que de son état les charges ne le pressent,
Chacun à ses devoirs se consacre et s’empresse,
Que douce soit sa vie, qu’il la puisse endurer.

Il est notre César, et nous aimons lui rendre,
Les richesses que, seul, il n’oserait point prendre,
Scrupuleux qu’il serait de nous les retrancher.

Ce dragon fondateur, qui le monde supporte,
Aime-t-il que son peuple agisse de la sorte?
Même en écoutant bien, nul ne l’entend broncher.